ACCUEIL | SITES GENERALISTESPRESTATAIRES MARIAGEGUIDE, CONSEILS ET FORUM  | AJOUTER SITE | LIENS | CONTACT

 
LES DIFFERENTS TYPES DE MARIAGES RELIGIEUX 

 

Copyright 2005 ©
Déclaration CNIL N° 1133475
Tous droits réservés

Conditions | Administratif | Calendrier | Mariages religieux | La soirée

Les differents types de mariages religieux
Vous trouverez ici différentes informations au sujet des mariages religieux. 

LE MARIAGE CATHOLIQUE

Naissance et éducation des enfants, fidélité et soutien l'un envers l'autre et une union indissoluble devant Dieu, le mariage catholique consacre ces principes.
Une annulation du mariage est rarement accordée, et uniquement pour des motifs graves. Les catholiques ne peuvent donc pas se remarier à l'église.
Les formalités
Les futurs époux doivent constituer un dossier comprenant les actes de naissance, les certificats de baptême, le nom des témoins et la déclaration d'intention manuscrite de chacun des futurs époux. Dans ce texte, les fiancés expliquent leur projet de vie : avoir des enfants, être fidèles, s'engager sincèrement...
Si le conjoint n'appartient pas à la religion catholique
Un acte de naissance et un acte de baptême suffisent pour les personnes de confession protestante ou orthodoxe. Une autorisation spéciale sera demandée auprès de l'évêque.
Dans le cas d'une autre religion, l'évêque devra donner une dispense.
La cérémonie catholique s'accompagne d'une préparation, variable selon les paroisses et les disponibilités des prêtres. En général, cette préparation dure trois mois et comporte cinq rencontres : avec le prêtre, avec un couple marié pour aider au cheminement et avec d'autres couples fiancés.
Le couple en compagnie du prêtre prépare très soigneusement la cérémonie : choix des Evangiles, d'autres textes, des chants ou de la musique...
La coutume
Le mariage est célébré dans la paroisse de la fiancée.
Le prêtre reçoit les consentements mutuels, prononce la bénédiction et proclame le caractère indissoluble de l'union.
Moment fort de la cérémonie : l'échange des alliances. Les mariés prononcent alors la phrase suivante : “je te donne cette alliance, signe de notre amour et de notre fidélité”. Les mariés et leurs témoins signent les registres. Ensuite, l'assistance défile devant eux pour bénir leur union. 
 

LE MARIAGE PROTESTANT

La proclamation de l'union tient déjà d'acte de mariage. Le mariage protestant est une cérémonie simple.
L'Eglise protestante ne s'oppose pas aux mariages mixtes. Les divorcés ont également le droit de se remarier à l'église.
Le mariage consacre avant tout le couple. Les enfants sont les fruits de cette union.
Les formalités
Aucune préparation n'est prévue. Les mariés doivent simplement présenter l'acte du mariage civil.
La coutume
Les futurs époux commencent par signer les registres. Les témoins ne sont pas obligatoires. Le cortège entre alors dans le temple ou l'église pour la cérémonie.
Ensuite, le pasteur lit un passage de la Bible, puis des textes anciens évoquant l'amour du couple. 
 

LE MARIAGE ORTHODOXE

L'Eglise orthodoxe est né d'un schisme avec l'Eglise catholique de Rome. La séparation entre chrétiens d'Orient et chrétiens d'Occident est survenue au 11ème siècle (en 1054). Ce schisme s'est accentué avec le sac de Constantinople par les croisés au 13ème siècle.
Les deux religions possèdent ainsi les mêmes fondements du mariage : rendre sacrer les liens d'amour et fonder un foyer.
Contrairement au catholicisme, le divorce est toléré. Il est donc possible de se remarier à l'église. Dans ce cas, la cérémonie commence par un acte de pénitence.
Les orthodoxes peuvent se marier avec d'autres chrétiens, qu'ils soient catholiques ou protestants.
Les formalités
Il suffit de présenter un acte de baptême. Le couple rencontre le pope pour fixer la date et le nombre d'entretiens. Deux à trois généralement.
La célébration
Elle commence par l'office des fiançailles. Cet office se tient dans le fond de l'église. Chacun des époux tient un cierge. À ce moment, a lieu l'échange des alliances. C'est le pope qui les glissent aux doigts des mariés.
Ensuite le couple se dirige vers l'autel. Un des moments forts de la célébration : la procession du pope, des mariés et de leurs témoins autour de l'autel. Cette procession est le symbole de l'éternité de leur engagement. Ils devront faire trois fois le tour de la table. Viennent ensuite les lectures : l'Evangile, l'Epître de Saint Paul aux Ephésiens, les Noces de Cana, etc... La célébration se termine par la communion.
Chez les Russes, un petit tapis est posé devant l'autel, le premier des mariés qui pose le pied dessus sera l'élément fort du couple. 
 

LE MARIAGE MUSULMAN

Dans la religion musulmane comme dans les autres religions, le mariage consacre l'amour du couple et le foyer. L'Islam a été prêchée par le Prophète Mahomet (570-632). Le mariage musulman est un contrat passé devant Dieu et devant la loi de l'Islam.
Les formalités
Le certificat de mariage civil est le seul document à fournir à la mosquée. Aucune préparation au mariage n'est demandée. L'Imam vérifie simplement si les deux fiancés sont croyants dans leur cœur.
La famille effectue en général les démarches auprès de la Mosquée.
Dans la religion musulmane, un musulman peut épouser une non musulmane, pourvu que cette dernière soit croyante. Il est interdit d'épouser une polythéiste ou une athée. Quant aux filles, il leur est interdit d'épouser un non musulman.
La coutume
Dans les préparatifs du mariage, les familles se mettent généralement d'accord sur le montant de la dot. Dot que l'épouse gardera auprès d'elle.
La cérémonie se déroule soit chez les parents de la mariée, soit à la mosquée. La mariée est remise au marié par son père, son frère ou son oncle.
Des prières sont récitées. Et l'Imam entérine l'union des deux époux. Suit alors une fête que dure de trois à plusieurs jours.
 

LE MARIAGE JUIF

Les fondements du mariage sont toujours les mêmes : l'amour du couple et le foyer. Les obligations du futur époux sont clairement définies : affection, entretien et protection.
Le divorce est admis par le Consistoire.
Les formalités
Les futurs époux doivent compléter un dossier composé d'un extrait d'acte de naissance, du livret de famille des parents et de l'acte de mariage des parents (la Ketouba). Preuve de la judaîcité des mariés. Pour les juifs, c'est la mère qui donne le caractère juif à son enfant. Un enfant né d'un père juif et d'une mère non juive, n'est pas juif lui-même.
La préparation
La jeune fille est en général formée par la femme du rabbin à ses futurs devoirs d'épouses et aux règles de la vie de couple : savoir cachériser la nourriture, séparer la vaisselle... La veille de la cérémonie, la mariée doit se rendre au Mikvé, c'est-à-dire au bain purificateur à base d'eau de pluie. Elle recevra une attestation nécessaire à la cérémonie religieuse.
Dans certains milieux séfarades, s'ajoute la bénédiction du henné, symbole de joie. La future mariée reçoit du henné dans la paume de sa main droite.
La cérémonie
Le couple doit être à jeün. Pendant la cérémonie, les mariés se tiennent sous le dais, symbole de l'entrée de la mariée dans la maison de son futur époux. Après la remise de l'alliance à la fiancée, le rabbin lit l'acte de Mariage rédigé en hébreu, la ketouba. C'est l'épouse qui gardera cette ketouba. Dans cet acte figure les obligations de l'époux envers sa femme. Puis vient le "chant des sept bénédictions". Ensuite, le couple va briser un verre. Ce verre est le symbole de la destruction du temple à Jérusalem. Plus d'éclats de verre il y aura, plus le couple sera prospère.

(retour en haut de page)
Extrait du guide Votre Mariage
Copyright © 2005 - SARL A.A.S - Siret 480 776 186